Ostéopathie et périnatalité

Ostéopathie, grossesse, périnatalité et pédiatrie

Avertissement

L’ostéopathie ne se substitue aucunement à quelque spécialité médicale que ce soit. Elle est complémentaire du suivi obstétrical classique, tout au long de la grossesse. De même pour le nourrisson et l’enfant, la visite ostéopathique ne remplace en rien les visites obligatoires auprès du pédiatre ou du médecin traitant. L’ostéopathie est complémentaire et salutaire pour la santé de la maman et du bébé, et il convient que l’ostéopathe D.O. s’intègre dans le parcours de soins aux côté de l’obstétricien, du pédiatre, ou du médecin traitant.

Pour visionner la brochure que nous avons réalisée sous forme numérique (les conseils sont à la fin)...

POURQUOI

Le corps de la future maman vit une véritable métamorphose pendant 9 mois. Les changements physiques et physiologiques sont considérables et l’organisme doit fournir un gros effort d’adaptation pour assumer les contraintes et pressions abdominales liées à la croissance du bébé dans le ventre.

Les viscères se retrouvent refoulés, comprimés, ce qui occasionne parfois des troubles comme : constipation, hémorroïdes, infections urinaires, reflux gastrique...

La colonne vertébrale se cambre, la ventre part en avant en raison de la croissance de l’utérus qui de rétro pubien se retrouve sous la partie inférieure du sternum. La ligne de gravité change en conséquence , les points d’équilibre au sol et dans l’espace sont modifiés, ce qui aboutit à un nouveau schéma postural plus ou moins bien accepté par la future maman. Du fait des modifications hormonales, se produit une distension ligamentaire et musculaire (abdo-minaux…) qui accentue cette nouvelle posture et favorise d’autant les douleurs.

On comprend alors toute la nécessité de préserver tout au long de ces 9 mois de gestation une bonne mobilité de la colonne vertébrale, du bassin, du sacrum, du coccyx; mais aussi du diaphragme et des viscères. Ainsi l’ostéopathie, en préservant la bonne mobilité des structures et des tissus, amènera un confort et un bien-être à la maman et permettra une grossesse sereine et un accouchement plus confortable.

L’ostéopathe s’intéresse au post-partum car l’accouchement peut amener un certain nombre de troubles et peut être traumatisants pour l’organisme de la mère.

La péridurale peut laisser un tissu cicatriciel sur les méninges et déclencher des douleurs lombaires au niveau du ou des points de fixation.

Les cicatrices de césarienne, d’épisiotomie et les déchirures du plancher pelvien peuvent mettre à mal la mobilité naturelle des structures osseuses et des viscères environnants.

Enfin, le manque de sommeil et la fatigue empêche le dos de « récupérer » d’un jour sur l’autre, mais également l’allaitement qui entraîne un accroissement du volume des seins et « tire » le haut du dos vers l’avant (responsable parfois des douleurs inter-scapulaires), ainsi que les mauvaises positions lors de l’allaitement.

Un dernier facteur causatif des douleurs en post-partum reste les manutentions du nouveau-né, lors du lever, de la toilette… (cf. chapitre des conseils). Ainsi l’ostéopathie aidera la maman à retrouver la qualité de ses différents tissus et évitera certains troubles comme les douleurs lombaires et souvent cervicales aussi, les maux de tête, les douleurs inter scapulaires, descentes d’organes ou les faiblesses vésicales...

QUAND

L’ostéopathe peut intervenir tout au long de la grossesse dés qu’apparaissent des douleurs ou des gènes mécaniques ou viscérales, la grossesse doit rester confortable.

L’idéal serait de venir consulter avant de mettre une grossesse en route afin de préparer son organisme à accueillir le futur bébé et de supprimer des difficultés de conceptions liées à des causes mécaniques (après avoir éliminer les causes médicales et chirurgicales type endométriose, malformations utérine ou de la trompe….).

Les signes :

  • Maux de dos, de coccyx, pubalgie.
  • Position du bébé sensible pour la maman.
  • Sciatique ou cruralgie
  • Ventre tendu.
  • Œdèmes, troubles circulatoires.
  • Constipation, infections urinaires, reflux gastro-œsophagien (RGO), vomissement, nausées (après le premier trimestre où elles sont physiologiques)
  • Fatigue, déprime, stress.
  • Dérèglements émotionnels.
  • Après une chute.
  • Lors de contractions prématurées ou de menace d’accouchement prématuré signe d’un déséquilibre utérin.
  • Pour une préparation à l’accouchement…

En post-partum un traitement ostéopathique doit être envisagé en cas de :

  • Péridurale. Episiotomie ou déchirure du plancher pelvien.
  • Appui violent de l’obstétricien sur le ventre de la maman afin d’aider à l’expulsion.
  • Fuites urinaires. Césarienne.
  • Accouchement long et difficile.
  • Douleurs vertébrales, maux de tête…
  • Avant la rééducation du plancher pelvien.
  • Douleur de coccyx ou pendant les rapports.
  • « Baby blues » prolongé…

COMMENT :

Notre rôle en tant qu’ostéopathe sera de rééquilibrer et de réharmoniser le corps dans son ensemble et notamment cet utérus (protecteur, enveloppe du fœtus), afin d’améliorer le confort de la maman et du bébé en redonnant la mobilité au bassin, à la colonne vertébrale, en diminuant les contraintes sur les viscères et les tensions fasciales… et ainsi diminuer les contractions et les modifications du col.

L’interrogatoire :

L’interrogatoire sera très important.

  • Penser à amener sa dernière échographie et le suivi obstétrical et gynécologique.
  • Après avoir pris connaissance du motif de la consultation avec l’histoire du trouble, la date d’apparition, les circonstances, son intensité, sa permanence et sa périodicité…
  • On s’intéressera à :
  • La santé pendant la grossesse : maladie (rubéole, pleurésie,…), traumatismes et choc émotionnel.
  • Comment se sont déroulées les précédentes grossesses et accouchements.
  • Les antécédents médicaux sur le plan chirurgical, traumatique, cardio-vasculaire, broncho-pulmonaire, viscéral, uro-gynécologique,…

La séance :

On pourra effectuer : un travail doux visant à libérer les différentes zones en dysfonction pour diminuer les contraintes articulaires et organiques.

La fréquence :

L’ostéopathe formé en périnatalité va avoir des résultats en quelques séances (1 ou 2) dans la majorité des cas, pendant la grossesse ou en post-partum espacées au minimum de 3 semaines.

Si cela semble nécessaire, nous prendrons contact avec le médecin ou le spécialiste.

Contre-indications :

Les contre indications à l’ostéopathie pendant la grossesse sont :

  • Le placenta prævia.
  • Pré éclampsie.
  • La fissure de la poche des eaux.